Pharmacologie médicale: vue d'ensemble

Notion d'antagoniste

Plusieurs types d'antagonistes peuvent être définis selon les caractéristiques des courbes concentration - réponse obtenues :

- Antagonistes compétitifs réversibles ou surmontables : ils ne modifient pas la nature et la réactivité du récepteur, une augmentation de la concentration d’agoniste permet de retrouver l’action pharmacologique antérieure, l'activité intrinsèque n'est pas diminuée ; la courbe est déplacée vers la droite en fonction de la concentration de l’antagoniste et de sa puissance (figure 1).

Figure 1 : Antagoniste compétitif

fig G5 8

La puissance d'un antagoniste compétitif réversible est quantifiée par le pA2 défini comme le logarithme négatif de la concentration de l’antagoniste qui nécessite le doublement de la concentration de l’agoniste pour maintenir le même effet. Plus le pA2 est élevé plus l’antagoniste est puissant.

- Antagonistes irréversibles ou insurmontables (non compétitifs) : ils se lient au récepteur ou sur un autre site (effet allostérique) avec une très forte affinité ou par liaison covalente , ils peuvent aussi agir par d'autres mécanismes biochimiques. Une augmentation de la concentration d’agoniste ne permet pas de « surmonter » l’antagonisme, la quantité de récepteur disponible pour l’agoniste est moindre. Il y a diminution de l’affinité et baisse de l’activité maximale de l’agoniste (figure 2).

Figure 2 : Antagoniste non compétitif sans récepteurs de réserve

fig G5 9

S’il existe des récepteurs de réserve dans le tissu étudié, l'antagoniste non compétitif entraîne un glissement de la courbe vers la droite aux faibles doses puis une diminution de l’effet maximum lorsque tous les récepteurs de réserve sont occupés (figure 3).

Figure 3 : Antagonisme non compétitif avec récepteurs de réserve

fig G5 10

- Antagonistes physiologiques ou fonctionnels : ces molécules s’opposent à l’effet d’un ligand agoniste en agissant sur une d’autres de récepteurs ou systèmes modulant l’effet de la stimulation du récepteur étudié. La courbe concentration - effet est déplacée vers la droite, le Emax et la pente sont le plus souvent modifiés.

Interaction agoniste complet - agoniste partiel
En présence d’un agoniste complet , un agoniste partiel se comporte comme un antagoniste compétitif, la courbe concentration-réponse est déplacée vers la droite (figure 4).

Figure 4 : Interaction agoniste complet – agoniste partiel

fig G5 11

Imprimer E-mail