Loxapine

Résumé de la fiche

La loxapine, une dibenzo-oxazépine tricyclique, est un antipsychotique conventionnel, bien qu'apparenté à la clozapine et présentant un profil de liaison aux récepteurs assez proche ((D4/D2, 5-HT2). 

C'est le seul représentant aujourd'hui commercialisé de cette classe chimique. Comme tout antipsychotique, ses effets utiles en clinique concernent principalement les psychoses schizophréniques. 

Elle est fortement sédative d'où son intérêt chez les patients agités ou agressifs. La loxapine subit un effet de premier passage hépatique et est fortement et rapidement métabolisée, par déméthylation et hydroxylation, en dérivés pourvus de propriétés antidépressives, la recommandant pour les psychoses avec comorbidité dépressive. Ses effets indésirables sont ceux de sa classe pharmacologique.

Item(s) ECN

61 : Trouble schizophrénique de l’adolescent et de l’adulte
72 : Prescription et surveillance des psychotropes
326 : Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l'adulte et chez l'enfant

Médicaments existants

Loxapine : AMM en 1978, désormais dans le domaine public.

Effets utiles en clinique

Comme tout antipsychotique, la loxapine est indiquée dans le traitement des psychoses, dont la schizophrénie. Elle est fortement sédative, ce qui a conduit à son utilisation pour les patients agités ou agressifs. 

Sa biotransformation en métabolites possédant des propriétés antidépressives la recommande pour les psychoses avec comorbidité dépressive.

Pharmacodynamie des effets utiles en clinique

Comme tout antipsychotique, la loxapine est un antagoniste des récepteurs dopaminergiques de type D2, mais c'est aussi un antagoniste des récepteurs D4 et des récepteurs sérotonergiques 5-HT2, ces différentes actions pharmacologiques participant à ses effets thérapeutiques. 

La loxapine possède également des effets anticholinergique et antihistaminique. Bien qu'elle soit chimiquement apparentée à la clozapine et qu'elle possède un profil de liaison aux récepteurs assez proche (D4/D2, 5-HT2), la loxapine n'est pas classée dans les antipsychotiques atypiques.

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

Après administration orale, la loxapine est complètement résorbée. Le tmax est compris entre 1 et 3 h. La loxapine subit un effet de premier passage hépatique et est fortement et rapidement métabolisée par déméthylation et hydroxylation. La demi-vie est de l'ordre de 8 heures.

La loxapine est métabolisée en N-desméthylloxapine ou amoxapine et en 8-hydroxyamoxapine, deux composés qui possèdent des propriétés antidépressives (l'amoxapine est par ailleurs commercialisée comme antidépresseur). 


L'élimination se fait essentiellement par voie rénale, sous forme de métabolites conjugués.
La loxapine traverse le placenta et diffuse dans le lait.

Source de la variabilité de la réponse

Interactions médicamenteuses 
- Pharmacodynamique : Il existe un antagonisme réciproque avec tous les agonistes dopaminergiques, directs ou indirects. L'association aux bêta-bloqueurs est à éviter (risque d'hypotension, la loxapine bloquant également les récepteurs noradénergiques).
- Pharmacocinétique : L'augmentation du métabolisme de la phénytoïne et donc l'obtention de taux subthérapeutiques a été rapportée.
 
Réponse des populations physiologiques particulières
Une réduction de dose est à prévoir chez le sujet âgé.
 
Réponse des populations pathologiques particulières
Les patients souffrant d'épilepsie feront l'objet d'une surveillance accrue en raison de l'abaissement du seuil épileptogène.
La loxapine est à éviter chez les patients atteints de porphyrie (effet porphyrinogène démontré in vitro).

Situations à risque ou déconseillées

Comme pour tout médicament, la prescription de loxapine est contre-indiquée en cas d'hypersensibilité à cette substance. 
L’association à des agonistes dopaminergiques est formellement contre-indiquée.

L'absorption d'alcool est fortement déconseillée pendant le traitement.
L'innocuité en cas de grossesse, d'allaitement et chez l'enfant de moins de seize ans n'a pas été établie.

Précautions d’emploi

Le fort potentiel anti-émétique de la loxapine peut masquer l'expression d'autres pathologies (occlusion intestinale...). 
Comme avec tout antipsychotique, la survenue d'une hyperthermie doit faire évoquer un syndrome malin.

Effets indésirables

Les effets indésirables susceptibles d'être provoqués par la loxapine sont essentiellement ceux de sa classe (voir chapitre antipsychotiques).

Nature de l'effet indésirable

Gravité

Estimation de la fréquence

En savoir plus

Syndrome extra pyramidal Dyskinésies tardives

Modéré à grave

Fréquent

Lié au blocage des récepteurs D2

Bouche sèche, congestion nasale, constipation, vision brouillée, rétention urinaire

Faible

Fréquent

Effets anticholinergiques

Cardiovasculaire : tachycardie, modifications de la pression artérielle, syncopes

Modéré à grave

   

Galactorrhée, aménorrhée, gynécomastie

Faible

Rare

Lié au blocage des récepteurs D2

Syndrome malin des neuroleptiques

Très grave

Très rare

 

Oculaire :  rétinopathies pigmentaires, pigmentation lenticulaire

Grave

Très rare

En cas de traitement prolongé

Surveillance des effets

La surveillance des effets ne présente pas de particularité par rapport aux autres antipsychotiques.

Imprimer la fiche

  • 30 mai 2018

Login