Enjeux financiers du Médicament

Les défis pour l’industrie pharmaceutique

L’industrie pharmaceutique a un poids économique important en France, aussi bien pour l’emploi que pour la balance économique. Néanmoins elle doit faire face à de nombreux défis qui mettent en jeu la pérennité d’un certain nombre de laboratoires. Nous allons simplement lister les principaux.

1) Le défi de l’innovation.

Le développement des génériques fait que les laboratoires pharmaceutiques ne peuvent plus compter sur des rentes de situations. Une fois commercialisé, le médicament n’est souvent plus couvert très longtemps par son brevet, le compte à rebours commençant avant la mise sur le marché. Quand le brevet d’un médicament tombe, son prix baisse en général de 30 à 50% en France et parfois beaucoup plus à l’étranger, de 50 à 70% aux Etats Unis ou en Allemagne par exemple. Les laboratoires doivent donc trouver de nouveaux médicaments, ce qui n’est pas toujours facile.

L’innovation représente moins de 10% du marché annuel (en termes de vente) mais 90% de sa croissance, c'est-à-dire que c’est l’innovation qui permet la croissance du marché du médicament.

L’innovation est en crise du fait de l’épuisement des produits vedettes traditionnels (appelés blockbusters), du rendement de plus en plus faible de la recherche qui explique qu’il y ait moins de progrès radicaux et enfin d’une évaluation du rapport bénéfice/risque des médicaments par les autorités de régulation plus rigoureuse et exigeante.

2) Le défi du prix : prix de l’innovation et prix du médicament.

Le cout de développement du médicament augmente et les industriels aimeraient bien pouvoir reporter ce coût sur le prix du médicament. Mais les systèmes de couverture sociale ne peuvent pas absorber à l’infini une augmentation des dépenses de santé en général et des médicaments en particulier.

La plupart des pays industrialisés sont confrontés à une équation insoluble qui est que:

i)     la population âgée, la plus à risque de pathologies chroniques, augmente,

ii)    la prévalence de certaines maladies (comme le cancer) augmente indépendamment du vieillissement de la population,

iii) le prix des médicaments augmente.

Ces trois points expliquent une augmentation mathématique des dépenses de médicaments. La réponse des systèmes d’assurance maladie est donc, soit d’encadrer le prix des médicaments et de ne valoriser que la vraie innovation, comme c’est le cas en France, soit d’autoriser le médicament sans le prendre en charge au titre de la solidarité nationale, comme c’est le cas pour certains anticancéreux au Royaume Uni. N’ont alors accès au traitement que ceux ayant une assurance complémentaire qui accepte la prise en charge ou qui peuvent se permettre de payer le traitement.

3)    Le défi des marchés émergents

Des pays comme le Brésil, la Chine ou l’Inde sont en pleine modernisation et ont donc des populations qui demandent à avoir accès à une offre de soins actuelle. Mais, si cette émergence ouvre la voie à un marché potentiel très important pour l’industrie pharmaceutique, les populations concernées ont encore un pouvoir d’achat très loin de celui des pays les plus anciennement industrialisés et ne peuvent acquérir les médicaments au tarif occidental. Ces pays ont donc laissé faire ou même favorisé une stratégie de production locale, parfois outrepassant la protection du brevet.

Imprimer E-mail