Pregabaline

Résumé de la fiche

Prégabaline (PGB) est un anti-épileptique de dernière génération qui est indiqué dans les épilepsies partielles avec ou sans généralisation secondaire, en association, chez l'adulte.

Elle aussi des indications dans le traitement de la douleur neuropathique et les troubles anxieux généralisés chez l'adulte.

Sa tolérance est bonne à l'exception de somnolence, de confusion, voire d'irritabilité (en particulier chez le sujet âgé).

 

Item(s) ECN

72 : Prescription et surveillance des psychotropes
103 : Épilepsie de l'enfant et de l'adulte
326 : Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l’adulte et chez l’enfant

Médicaments existants

Prégabaline gélules

Mécanismes d’action des différentes molécules

L’activité anti-épileptique de la prégabaline s’explique par son action au niveau de la transmission GABAergique, qu’elle majore, renforçant ainsi l’action inhibitrice du GABA. Elle intervient également sur l’excitabilité des neurones au niveau des canaux calciques voltage-dépendants membranaires en réduisant l’influx de calcium.

Effets utiles en clinique

La prégabaline est indiquée  uniquement chez l'adulte:

- dans l’épilepsie, en association dans le traitement des épilepsies partielles avec ou sans crises secondairement généralisées

- dans les douleurs neuropathiques périphériques

- dans les troubles anxieux généralisés.

Pharmacodynamie des effets utiles en clinique

Le mécanisme d’action de la prégabaline est mal connu mais les effets thérapeutiques seraient expliqués par son action sur la transmission GABAergique (acide gamma-aminobutyrique).

La prégabaline est un analogue du GABA, et sa prescription conduit à une diminution des crises d’épilepsie dès la première semaine (résultats sur trois études pendant 12 semaines).

 

La prégabaline se lie également à des canaux calciques voltage-dépendants, sur une sous unité spécifique a2-δ.

Cette fixation activerait les voies noradrénergiques descendantes (impliquées entre autres dans la douleur) et conduit à une analgésie.

Les études, sur les neuropathies diabétiques et les névralgies post-zostériennes, sur 8 semaines minimun se sont révélées positives sur l’intensité de la douleur.

 

Enfin, les études sur les troubles anxieux généralisés, sur 4 à 6 semaines, ont montré un soulagement des symptômes anxieux.

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

La pharmacocinétique de la prégabline est linéaire et il n’est donc pas justifié de suivre la concentration plasmatique de ce produit

Absorption

La prégabaline est rapidement et bien absorbée après administration orale à jeun. Cette absorption peut être retardée avec la présence d’aliments.

Distribution

Elle est assez bien distribuée dans l’organisme et très peu fixée aux protéines plasmatiques.

Elle traverse les barrières hémato-encéphalique, foeto-placentaire et passe dans le lait.

Métabolisme

La prégabaline est très peu métabolisée.

Elimination

L’élimination est principalement rénale, sous forme inchangée, directement proportionnelle à la fonction rénale. La demi-vie est de 6,3 heures environ.

Source de la variabilité de la réponse

Il n’existe pas à l’heure actuelle d’interaction cliniquement significative avec la prégabaline.

Il existe par contre une possible potentialisation des effets sur les fonctions cognitives en association avec l’éthanol, le lorazépam, et l’oxycodone.

Situations à risque ou déconseillées

L’utilisation chez des patients âgés peut être dangereuse, en raison d’un risque de chutes, qui disparaît au fur et à mesure du traitement. L’introduction du traitement doit donc être précautionneuse.

La grossesse doit être évitée car les données avec la prégabaline sont largement insuffisantes. Ce produit ne peut donc être prescrit au cours de la grossesse qu’en cas d’absolue nécessité.

Précautions d’emploi

Chez le patient diabétique, une surveillance de la glycémie doit être instaurée en raison des risques de prise de poids.

Après un traitement par prégabaline, des symptômes de sevrage peuvent être observés.

Effets indésirables

Les effets indésirables les plus communs avec la prégabaline sont l’étourdissement, les vertiges, la somnolence, l’augmentation de l’appétit, la prise de poids, les troubles de l’érection et les troubles de la vision.

Ont été egalement rapportés :

-  une toxicité centrale  avec des symptômes psychiatriques tels que hallucinations, confusion, dépression, psychoses, difficulté à la concentration, labilité émotionnelle ; une atteinte du système nerveux avec ataxie, troubles de la mémoire, paresthésies

- une toxicité musculaire avec douleurs, crampes, contractions, arthralgies et rhabdomyolyse

- une toxicité cardiaque avec tachycardie, bloc auriculo-ventriculaire, arythmie.

Imprimer la fiche

  • 31 mai 2017