coronavirus logo V9 

Inhibiteurs des alpha-glucosidases

Résumé de la fiche

Les inhibiteurs des alpha-glucosidases agissent, comme leur nom l'indique, en inhibant de manière compétitive les alpha-glucosidases intestinales. Cette classe pharmacologique se caractérise par son efficacité modeste (baisse de l'HbA1c de 0,5 à 1%) et la bénignité de ses effets indésirables (troubles digestifs). Elle vient en complément des autres antidiabétiques oraux pour le traitement du diabète type 2, mal contrôlé, ou lors de contre-indication aux autres traitements.

Item(s) ECN

245 : Diabète sucré de types 1 et 2 de l’enfant et de l’adulte. Complications
326 : Prescription et surveillance des classes de médicaments les plus courantes chez l’adulte et chez l’enfant.

Médicaments existants

Seuls deux médicaments sont commercialisés en France

  • Ascarbose
  • Miglitol

Mécanismes d’action des différentes molécules

L’ascarbose et le miglitol inhibent de façon compétitive l'hydrolyse des glucides complexes en monosaccharides absorbables. Ces médicaments retardent donc l’absorption des glucides et aboutit à une réduction des glycémies postprandiales. Du fait de leur mécanisme d'action, l'administration est recommandée au début des repas.

Effets utiles en clinique

Réduction de l'HbA1c de 0,5 à 1% (efficacité de cette classe médicamenteuse significativement plus faible que les autres classes d’antidiabétiques oraux).

Cependant, l’inocuité de ces molécules permet de les utiliser chez les patients présentant des contre-indications aux autres antidiabétiques oraux et pour qui l’insulinothérapie ne semble pas nécessaire (sujets âgés porteurs d’un diabète peu sévère par exemple). Ce type de traitement peut également être utilisé en association aux autres antidiabétiques oraux, comme traitement d’appoint chez des patients dont l’HbA1c est proche de l’objectif fixé.

Pharmacodynamie des effets utiles en clinique

Baisse de l'HbA1c de 0.5 à 1 % par rapport aux valeurs sans traitement

Pas de données d'efficacité sur les complications du diabète ou la mortalité

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

L'acarbose est métabolisé au niveau instestinal et seul 1% de la dose est absorbée, tandis que le miglitol est absorbé à plus de 90% et éliminé sous forme inchangé par voie rénale.

Source de la variabilité de la réponse

Nature de l'alimentation

Situations à risque ou déconseillées

  • Insuffisance rénale sévère (pour le miglitol)
  • Pathologies chroniques de l’appareil digestif

Précautions d’emploi

En cas d’association à un sulfamide hypoglycémiant, le risque d'hypoglycémie est majoré. Aussi une diminution de la posologie du sulfamide hypoglycémiant peut s'avérer utile afin d’éviter une hypoglycémie.

Effets indésirables

Troubles digestifs à type de flatulences, diarrhées et douleurs abdominales, provoquées par la stagnation et fermentation des glucides non digérés. Ces effets indésirables sont dépendants de la dose et du régime alimentaire, et surviennent essentiellement en début de traitement. Il est donc conseillé d'instaurer un tel traitement demanière progressive (doses croissantes).

Pas de risque d'hypoglycémie en l'absence de médicament favorisant la sécrétion insulinique (sulfamides hypoglycémiants/glinides).

Surveillance des effets

Surveillance des glycémies et de l'HbA1c afin de vérifier le bon contrôle glycémique.

Imprimer la fiche

  • 26 juillet 2018