Fer

Résumé de la fiche

Le fer est un des composants principaux de l'hème, présente dans différentes protéines comme l'hémoglobine. Une carence en fer conduit à une anémie arégénérative microcytaire. La carence en fer peut être la conséquence d'un saignement chronique, digestif ou gynecologique ou d'une augmentation de la consommation comme pendant la grossesse ou enfin d'apports alimentaires insuffisants.

le fer, donné par voie orale sous forme de sels, pouvant également être administré par voie intraveineuse en cas de malabsorption. En cas de carence, la reconstitution des réserves en fer de l'organisme demande 3 à 6 mois de traitement journalier oral.

  La posologie journalière chez l'adulte est de 100 à 200 mg de fer élément chez l'adulte par voie orale et 3 à 6 mg/kg d'une solution liquide chez l'enfant.

La durée de traitement dépend de la profondeur de la carence entre 3 à 6 mois de traitement. Dans certaines pathologies comme les patients hémodialysés sous érythropoïétine, une supplémentation plus longue est habituelle du fait de la consommation en fer engendrée par l'EPO et des pertes en fer dans les tubulures du dialyseur.

 

 

 

 

 

 

Item(s) ECN

209 : Anémie chez l’adulte et l’enfant
215 : Pathologie du fer chez l’adulte et l’enfant

Rappel physiopathologique

L'apport de fer, en cas de carence, permet de reconstituer les réserves de l'organisme et de permettre à la moelle de synthétiser de l'hémoglobine, des réticulocytes (l'anémie devient alors régénérative) jusqu'à normaliser le nombre de globules rouges circulants et le taux d'hémoglobinémie. Par ailleurs, une fois les réserves reconstituées le volume des globules rouges se normalise (disparition de la microcytose).

Médicaments existants

 

 

 

Charte 2015 Fond Blanc

Effets utiles en clinique

Normalisation de la masse globulaire circulante qui contribue à une meilleure oxygénation des tissus (effet notable chez les patients atteints d'ischémie myocardique notament) et parfois d'augmenter la pression artérielle (pouvant être abaissée en cas d'anémie importante ou chez le sujet agé.

normalisation de la fréquence cardiaque (accélérée en cas d'anémie pour compenser la baisse d'oxygénation tissulaire périphérique).

Recoloration progressive des téguments (correction de la paleur liée à l'anémie)

correction de l'asthénie liée à l'anémie

Pharmacodynamie des effets utiles en clinique

  • augmentation des réticulocytes
  • normalisation du volume globulaire (VGM)
  • augmentation du nombre de globules rouge
  • augmentation du taux d'hémoglobine circulante
  • coloration des selles en noir (prévenir le patient).
  • normalisation de la ferritinémie (reflet des réserves en fer)
  • normalisation du pourcentage de saturation de la transferrine

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

Le fer est mal absorbé par voie intestinale, il peut parfois être nécessaire de réaliser des perfusions intraveineuses

Source de la variabilité de la réponse

-Malabsortion intestinale du fer pouvant nécessiter un apport intraveineux.

-Intolérance digestive au fer entrainant une mauvaise observance

-Les antiacides (gel d'alumine, magnésium, calcium) empêchent l'absortion du fer

-Le fer peut empêcher l'absortion de médicaments comme les pennicillines ou les cyclines ou des hormones thyroïdiennes.

Situations à risque ou déconseillées

pas d'admiistration de fer parentérale si mauvaise tolérance clinique lors d'une administration antérieure.

Précautions d’emploi

Pour le fer parentéral :

  • attention en cas d'administration par voie intramusculaire, risque de dépots sous cutannés réalisant de véritables "tatouages" indélébiles.
  • Si nécéssité de perfusion intraveineuse de fer, celle ci doit être réalisée en hospitalisation de jour avec une surveillance continue des constantes vitales en raison du risque d'intolérance, de choc anaphylactique et de bronchospasme.

Effets indésirables

  • coloration des selles en noir (prévenir les patients)
  • troubles digestifs fréquents (nausées, diarrhée, constipation crampes intestinales) pouvant mener le patient à interrompre le traitement
  • en perfusion intraveineuse risque d'intolérance choc anaphylactique, bronchospasme

Surveillance des effets

  • troubles digestifs, couleur des selles
  • hémoglobinémie, réticulocytes et VGM
  • ferritinémie et pourcentage de saturation de la transferrine
  • constantes vitales régulièrement vérifiées pendant la perfusion intraveineuse

Imprimer la fiche

  • Dernière modification: : becquemont Laurent
  • 31 mai 2017

Login