Artemether

Résumé de la fiche

L’artéméther est un sel dérivé d’un extrait d’une plante chinoise (Artemisia annua), anciennement connue, utilisé depuis une trentaine d’années dans le traitement de l’accès paludique. C’est un schizonticide puissant qui possède une activité rapide contre les formes sanguines de P. falciparum et P. vivax.

L'utilisation continue de monothérapies à base d'artémisinine par voie orale est considérée comme un facteur majeur contribuant au développement de la résistance à l'artémisinine et ses dérivés. 

 

Après administration intramusculaire, les concentrations plasmatiques atteignent leur maximum en six heures environ.C’est une alternative intéressante à l’emploi de la quinine.

Item(s) ECN

166 : Paludisme
173 : Prescription et surveillance des anti-infectieux chez l’adulte et l’enfant

Médicaments existants

L' artéméther dérive d'un extrait d'une herbe chinoise, artemisia annua L. (armoise amère ordinaire), "qinghao" en chinois; cet extrait est l' artémisinine, "qinghoasu", c'est à dire extrait de qinghao. La plante, qui appartient à la famille des Asteraceae, est utilisée en médecine traditionnelle chinoise depuis plus de 2000 ans, sa présence figurant dans une formulation datant de 168 av. J-C. L’isolement de l'artémisinine et ses actions antipaludiques sont étudiées depuis 1973.

Les différents médicaments dérivés de l’artémisinine sont utilisés en assocation :
artemether + lumefantrine (Riamet®)
artenimol + piperaquine (Eurartesim®)

Mécanismes d’action des différentes molécules

Il n'est encore qu'imparfaitement connu.
L' artéméther possède un pont endoperoxyde dont l’ouverture entraîne la production de radicaux libres. Il en résulte des perturbations cellulaires pour le parasite avec entre autres des modifications de la membrane nucléaire, du réticulum endoplasmique, des cassures des membranes mitochondriales, des agrégations des ribosomes dont la conséquence est une diminution de la synthèse protéique (authentifiée expérimentalement par la baisse de l’incorporation de H3-hypoxanthine).

Effets utiles en clinique

L' artéméther est un schizonticide. Il possède également des effets gamétocytocides. 

Pharmacodynamie des effets utiles en clinique

L’emploi de l’artéméther est indiqué dans le traitement de l’accès palustre non compliqué à plasmodium falciparum.

Il convient de prendre en compte les recommandations officielles pour le choix du traitement antipaludique adapté pour la prise en charge locale du paludisme.

 

Caractéristiques pharmacocinétiques utiles en clinique

- L'artéméther est résorbé par la muqueuse digestive et peut s'utiliser par voie orale ainsi que par voie rectale. Il se lie aux protéines plasmatiques à environ 70%.
- Il se distribue en parts égales entre plasma et érythrocytes.
- Il diffuse faiblement dans le liquide céphalo-rachidien.
- L'artéméther est rapidement transformé en dihydroartémisinine par le foie; cette déméthylation est réalisée par le cytochrome P450 3A4; elle est modulée par les substances susceptibles d'induire ou inhiber la production de cette enzyme. La dihydroartémisinine est 100 à 200 fois plus active que l' artéméther.
- L'artéméther est excrété par voie rénale et biliaire, sous forme de dérivés (dihydroartémisine) en partie glycuroconjugués.
- La demi-vie d'élimination de l' artéméther est de 4 à 11 heures, celle de la dihydroartémisinine de l’ordre de 4 heures. Le volume de distribution de l' artémisinine est de 37 l/kg chez l’homme.

Situations à risque ou déconseillées

L’emploi de l’artéméther est déconseillé en période de grossesse, sauf cas de nécessité.

Précautions d’emploi

Attention au risque d'allongement de l'intervalle QT

 

Effets indésirables

L’artéméther est susceptible d’induire :
- des troubles de la lignée érythrocytaire : baisse passagère du taux de réticulocytes,
- une leucopénie
- des troubles digestifs (nausées, vomissements, douleurs abdominales)
- une élévation sérique des transaminases hépatiques,
- une bradycardie avec allongement de QT, bloc auriculo-ventriculaire 1° degré. 


Des interactions médicamenteuses peuvent se produire avec l’artéméther :
- interaction avec les inducteurs/inhibiteurs enzymatiques, augmentation de la biodisponibilité orale de l' artéméther sous l' effet du jus de pamplemousse, attribuée à l' inhibition de cytochromes P450 3A de la muqueuse intestinale, diminuant la biotransformation du médicament. La cinétique et l’élimination de la dihydroartémisinine sont inchangées.
- baisse de concentration plasmatique de la méfloquine en cas de co-administration.

Imprimer la fiche

  • 31 mai 2017

Login